Cette année je commence à courir!

Apres les 12 coups de minuit, nombreuses sont les bonnes résolutions que nous voulons prendre, l’une des plus commune est : «cette année j’irais à la salle de sport» ou «en janvier je commence à courir».

Ce qu’on appelle « running », est une activité physique en plein essor. Chaque jour il a de plus en plus gens qui courent dans les rues ou dans les parcs de nos villes. Seul ou accompagné, courir est à la mode.

Si vous n’avez jamais couru, ou si au contraire vous êtes un habitué et que vous voulez de nouveaux défis, il est nécessaire de prendre quelques précautions pour éviter des blessures qui vous empêcheront de pratiquer votre sport. Une des blessures les plus communes quand vous pratiquez le « running » est la douleur dans la partie antérieur du genou, ou aussi connu sous le nom de Syndrome de douleur fémoro-rotulien (SDFR). Cette pathologie apparait dans la population générale comme chez les sportifs, mais les femmes ont tendances à être plus atteintes par ce type de douleur.

Que faites-vous pour prévenir l’apparition de la douleur antérieure au genou ?

Il existe des facteurs locaux, distaux et proximaux qui interviennent dans le développement de la blessure. Éviter l’altération de ceux-là est impératif pour prévenir cette douleur.

Un facteur distal serait un pied pronateur, c’est-à-dire, une chute de l’arc interne du pied. Cette altération peut être corrigé avec l’aide de semelles si c’est nécessaire et avec le renforcement de la musculature du pied, par exemple, attraper un tissu avec les doigts de pieds petit à petit.

Contractures musculairesPour ce qui est des facteurs locaux, l’aliénation incorrecte de la rotule répercute sur l’augmentation du stress de celui-ci. Cette position pathologique de la rotule est due à un déséquilibre musculaire de la cuisse. Le vaste interne du quadriceps serait le muscle faible  et le vaste latéral serait celui qui travail en excès. Cette situation peut engendrer une génération de contractures musculaires dans le vaste externe et dans le tenseur du fascia lata qui est juste au-dessus. Una manière d’autotraiter cette contracture dans ce muscle avec comme but de prévenir l’apparition de la douleur est de s’aider du 3TOOL. Le 3TOOL est un outil de kinésithérapie qui nous aide à traiter les contractures musculaires de différentes façon, que ce soit en réalisant une autocompression sur les points douloureux (en maintenant la compression de 30’’ a 90’’, jusqu’à noter le relâchement ou le soulagement des symptômes) du vaste latéral ou en réalisant un automassage tout le long du tenseur du fascia lata qui résulte plus effectif pour son relâchement. Il est aussi intéressant de relâcher le droit fémoral du quadriceps de la même façon que le vaste externe. Il faut compléter le travail de ces facteurs avec le renforcement du vaste interne.

Localiser la zone la plus sensible Localiser la zone la plus sensible

Localiser la zone la plus sensible ou surchargée

Pour finir, au niveau proximal nous avons un autre déséquilibre musculaire dans la hanche avec un muscle qu’il faut renforcer (muscle moyen glutéal) et avec un autre (tenseur du fascia lata) qu’il faut relâcher avec une autocompression ou un automassage avec 3TOOL.

Pour renforcer les muscles faibles, il faut faire beaucoup de répétitions avec peu de charge, car ce qui nous intéresse c’est de travailler la résistance du muscle en évitant l’apparition de la fatigue durant la course que de debout à la situation de déséquilibre du muscle vaincu ou faible, et le muscle victorieux ou contracturé.

Une fois le philosophe allemand Arthur Schopenhauer a dit que «la santé ce n’est pas tout, mais sans elle, tout le reste n’est rien». C’est pour cela que si vous commencez 2016 avec comme nouvel objectif de profiter du «running», prenez en compte ces conseils, car pour finir avec une citation de Erasmo Rotterdam «mieux vaut prévenir que guérir»

No comments

You must be logged in to post a comment.