Tu as fais de la randonnée ou de la montagne?

Souvent, on profite des périodes de vacances et de repos pour aller à la montagne ou faire des excursions dans la nature. Ce sont sans aucun doute des activités desressantes et qui apportent beaucoup de bénéfices pour la santé physique et mentale. Ceci dit, si ta condition physique de base n’est pas la plus optimale pour réaliser cette activité ou si tu as réaliser un ascention pour laquelle tu n’étais pas préparée, il est possible que tu souffres de contractures ou courbatures dans certaines parties de tes jambes. 

Selon l’activité réalisée et le dénivelé qui s’est acumulé durant la marche, sans aucun doute certains muscles seront surchargés. Même si au final, si le tonus musculaire et la condition physique basique génerale sont très bas, ce sont différents groupes et paires musculaires, autant agonistes qu’antagonistes, qui seront afectés et douloureux.

De manière générale on pourrait dire que lors d’une ascension on travaille plus sur les muscles de chaine postérieure: muscles gastrocnémiens jumeaux du mollet, ischio-jambiers et fessiers, necessaires dans l’impulsion du pied pour lancer l’emjambée afin de fléchir le genou quand la jambe est en l’air et préparer le pas suivant et entrer en contact avec le sol. Cette solicitation musculaire maintenue durant l’ascension requiert plus de force, de contraction musculaire, de recrutement de fibres que nous n’avons normalement pas entrainé pour ce niveau d’efforts et d’usages.

La même chose se passe dans les descentes avec la musculature de la chaîne antérieure qui se charge de frener et contrôler la vitesse durant la descende, devant retenir l’avancement de notre masse corporelle qui se déplace plus rapidement de par l’inclinaison favorable du terrain. Ainsi, de manière aérobique et cardiovasculaire l’effort será moindre mais à niveau musculaire, spécialement à niveau de la forcé excentrique, le jambier antérieur et, surtout, le cuádriceps seront très sollicités. Évidemment, le jambier anterieur occupe aussi un rôle prépondérant dans l’ascension puisqu’il réalise la flexion dorsale du pied. Ici aussi, le problème est le manque d’adaptation musculaire à des solicitations pour lesquelles nous ne sommes ni entrainées ni préparées, donnant comme résultat les fameuses “courbatures” ou contractures qui ont l’habitude de se manifester dans les 24-48h suivant l’exercice.

Les solutions traditionelles à ces gênes de types “courbatures” consistent à réaliser des exercices doux, y compris avec des gênes légères pour favoriser le flux sanguin et ainsi l’apport de nutriments. Le même objectif est obtenu avec un massage doux sur la zone, en plus de libérer des hormones qui diminuent la douleur ou qui donnent des sensations de bien-être. Les étirements doux et maintenus dans le temps (au moins 30-60secondes) sont aussi recommandés. Una autre option que peut résulter intéressante et améliorer la situation est d’aller voir un kinésithérapeute, qui à l’aide du 3TOOL pourra réaliser un massage, un massage fonctionnel associé a l’étirement ou, s’il localise une contracture ou un point type Trigger, réaliser une compression sur le point douloureux comme on peut le voir dans les vidéos suivantes:

De plus, le grand avantage du 3TOOL vient du fait que le kinésithérapeute peut t’indiquer les exercices les plus adéquats pour tes gênes afin que tu puisses les appliquer ches toi comme auto-traitement pour poursuivre une suite logique dans la thérapie et libñerer les symptomes dans n’importe quel momento et te défaire des gênes le plus rapidement possible. Voici en vidéo quelques exercices que tu pourras utiliser:

No comments

You must be logged in to post a comment.